Mines Géologie
Trending

Managem concrétise sa stratégie de producteur d’or

Construction en cours d'une mine en Guinée

La bonne dynamique des cours des principaux métaux exploités par Managem s’est brusquement cassée sur fond de conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine. Les métaux de base ont décroché de 15% ces derniers temps. Une conjoncture qui se répercute sur les cours du cobalt enregistrant une chute spectaculaire sur le marché international. Porté depuis deux ans par les perspectives et la mobilité dans le secteur automobile, le cours s’est brusquement effondré pour terminer autour de 30 dollars/lb(1) après avoir été coté à 44 dollars au premier semestre. Les prix  poursuivent leur plongeon cette année à moins de 15 dollars actuellement. Cette fluctuation  fait tout de même croire à Imad Toumi, Président-directeur général de Managem, que « toutes les analyses montrent que les fondamentaux sont bons, parce que le cobalt est un métal indispensable dans la production des batteries des véhicules», dit-il.

Peu importe, il reste à savoir que dans cette conjoncture, la cession des actifs (transaction avec le chinois Wanbao sur la mine de Pumpi en République Démocratique du Congo) et l’orientation des cours, soit-elle favorable en 2017, ont permis à Managem de réaliser des bénéfices établis à 370 millions DH (+2% retraité de l’opération exceptionnelle) en 2018, malgré une perte de 179 millions DH au niveau de la filiale SMI. « Depuis deux à trois ans, nous arrivons à stabiliser nos bénéfices malgré la forte volatilité des cours« , commente le PDG de Managem. Sur les métaux précieux, le contexte n’est guère favorable pour l’argent. Le repli des cours s’accompagne d’une baisse des performances de la mine. Managem, a d’autre part enregistré une année quasi vierge en termes de production d’or, depuis l’arrêt de la mine Bakoudou au Gabon.

Les tensions au Soudan sont venus perturber l’exploitation dans ce pays de mine d’or, limitant la production de l’unité pilote à 700 kilogrammes! Résultat, le chiffre d’affaires du groupe a décroché de 16% à 4,4 milliards DH. Les revenus de SMI se sont effondrés de 40%. «Une bonne partie de la contre-performance sur l’activité argent a été compensée au niveau des autres métaux. Cela nous conforte dans notre modèle de diversification», relève Imad Toumi.

A court terme, la volatilité des cours restera forte, et le groupe prévoit maintenir ses principaux objectifs notamment sur l’or pour atteindre l’objectif de 7 à 8 t/an à l’horizon 2021. Et pour y arriver, le Soudan reste un actif stratégique avec des réserves estimées à 50 tonnes d’or. Le groupe doit cependant engager de gros investissements pour exploiter ce potentiel. La première usine de traitement, au-delà du site pilote, produira quelque 2 tonnes par an et pourra atteindre une production entre 1,7 et 2 t/an prévoit Managem. A terme, le Soudan devrait contribuer à hauteur de 4 à 5 tonnes dans la production d’or du groupe. Néanmoins, la contribution de Tri-K en Guinée est aussi attendue autour de 3 à 4 tonnes sur une dizaine d’années. Les études de faisabilité ont confirmé 30 tonnes d’or de réserves. Managem espère ainsi démarrer la construction de la mine au premier semestre 2019 pour une mise en production à partir de fin 2020. Et partant Managem compte sur ses pourparlers avec l’Etat gabonais pour la signature d’une convention minière sur le projet Eteke. Ce site pourrait produire jusqu’à 1,5 tonne par an.

A ce titre Managem détient encore 20% du projet Pumpi en République Démocratique du Congo. Cette mine produira, dans un avenir proche, quelque 40.000 tonnes de cuivre et 5.000 tonnes de cobalt par an. Sa construction nécessitera un investissement de 580 millions dollars. Dont l’apport du groupe Managem s’élève à près de 40 millions dollars. L’industriel a conclu un accord avec son partenaire lui permettant d’importer 1.000 tonnes d’hydroxyde de cobalt qui seront ensuite transformées en cathode de cobalt au Maroc.

Tags
Montrer plus

Articles connexes

Close