L’ENIM DANS LE TEMPS

40 ans de Rayonnement

Depuis sa création en 1972, l’Ecole Nationale de l’Industrie Minérale n’a cessé d’évoluer pour répondre aux besoins du marché national en ingénieurs polyvalents de haute qualité, aptes à exercer leurs fonctions dans un environnement marqué par la mondialisation.
Initialement, la mission principale de l’ENIM a été de former des ingénieurs pour le secteur minier et l’industrie minérale. Ainsi entre 1975 et 1983, 447 ingénieurs ont été formés dans les domaines de la Géologie, des Mines et traitement des Minerais et 61 ingénieurs dans le domaine de la métallurgie comme le montre la figure 1. Cette dernière spécialité a été créée en 1977 pour accompagner les efforts du pays dans le domaine de la sidérurgie et du développement de l’Industrie métallurgique lancée à l’époque. La majeure partie des ingénieurs formés entre 1972 et 1983 ont effectivement fait carrière dans les secteurs ayant trait à la mine, l’industrie minérale et métallurgique (OCP, ONA, ONCF, ONAREP, ONHYM dite aussi à l’époque BRPM, et le Ministère de l’Energie et des Mines…). Le cursus de formation de ces ingénieurs a été étalé sur 4 ans répartis en deux cycles En 1983, l’ENIM a vu la création de deux nouveaux départements, à savoir l’Electromécanique et le Génie Chimique Energétique, afin de répondre aux besoins nationaux dans ces domaines. En effet au début des années 80, l’industrie nationale, de même que le secteur minier, a connu un développement et modernisation dans les outils de production nécessitant l’intervention d’un nouveau profil d’ingénieur : Electromécanique. Et aussi la création du département Génie Chimique Energétique.
A la même période Le département Métallurgie a été transformé en Génie des matériaux, le département Géologie en Sciences de la Terre et les départements Exploitation des Mines et Valorisation des minerais ont été fusionnés en un seul département : Département Mines, assurant une formation polyvalente en Génie
Minier.
La 1ère promotion d’ingénieurs d’Etat comportant 71 ingénieurs est sortie en 1986. Le cursus de formation a été étalé sur six ans après le baccalauréat. Pendant la dernières année, une ouverture sur le monde industriel et de recherche technologique est assurée par l’intermédiaire de cours à caractère pratique traitant de problèmes concrets industriels, et par l’introduction de modules abordant les derniers développements technologiques dans les domaines intéressant le développement industriels du pays.
Les spécialités offertes à l’ENIM, se présentent comme suit : Les sciences de la terre : le caractère polyvalent de cette formation permet à l’ingénieur ENIM d’intervenir efficacement notamment en géologie minière, en géologie pétrostructurale, en hydrogéologie et en géotechnique
-le Génie Minier : réunissant les aspects exploitation des Mines proprement dite et la traitement des minerais.
– les sciences des matériaux : orientée sur la transformation des matières minérales en métaux, la fabrication d’alliages et matériaux non métalliques, la mise en forme des matériaux, la protection contre la corrosion des matériaux et l’entretien des installations industrielles.
-le génie chimique énergétique : assure une formation solide en génie des procédés tout en intégrant une ouverture sur l’énergétique industrielle.
-l’électromécanique : assure une formation d’ingénieur généraliste possédant de très solides bases en mécanique et en électricité.
Les spécialités existantes à l’ENIM ont conduit l’établissement à se structurer en six départements d’enseignements généraux et recherche :

Le département des enseignements généraux et techniques
Le département sciences de la terre
Le département Mines
Le département Sciences des Matériaux
Le département Génie Chimique
Le département Electromécanique

En 1990, une réforme des études a eu lieu pour s’adapter à la suppression des cycles des années préparatoires dans les écoles d’ingénieurs et la création des centres de classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) à l’échelle nationale. Ainsi la formation à l’école est passée de six à trois ans, et les programmes de certaines spécialités ont été revus et adaptés à ce nouveau système aux nouveaux besoins : le département Génie Chimique Energétique a été transformé en Génie des Procédés Industriels, avec une ouverture sur l’industrie de transformation d’une manière générale et la création en son sein de deux options de formation : Procédés et Energie.
En 1990 le département informatique a vu le jour, malgré les réticences d’un certain nombre de partenaires de l’école. Mais vu le retard d’informatisation enregistré aujourd’hui par l’économie et la société marocaine, d’une manière générale, il est clair que l’ENIM a bien su anticiper les choses. Et ce département a bien contribué et contribue encore aux efforts d’informatisation et du développement de l’utilisation des technologies de l’information dans l’industrie nationale.
En 1996 a été initiée une autre réforme des études visant à créer de nouvelles spécialités et à former des ingénieurs polyvalents et pluridisciplinaires pouvant répondre aux nouvelles exigences du marché du travail. Suite à cette réforme, initiée en 1996 et complétée en 1999, une douzaine d’options ont été créées dans les six départements de l’école couvrant pratiquement toutes les disciplines de l’ingénieur. Certaines de ces options sont nouvelles (Maintenance Industrielle, Systèmes de Production, Matériaux et Contrôle Qualité) d’autres ont été restructurées (Génie Géologique, Aménagement, Exploitation et Protection du Sol et Sous-Sol, Ingénierie des Procédés etc..).
Dans le cadre de la nouvelle architecture pédagogique nationale (Système LMD), 11 filières présentées par l’ENIM ont été accréditées par Commission Nationale d’Accréditation de l’Enseignement Supérieur (CNACES) :

• Génie Informatique
• Systèmes de Production
• Electromécanique avec 2 options Electromécanique et Maintenance Industrielle
• Génie Energétique
• Ingénierie des Procédés
• Management Industriel
• Environnement et Sécurité Industriels
• Matériaux et Contrôle Qualité
• Mines avec l’option Aménagement, Exploitation et Protection du Sol et sous Sol
• Génie Hydro-Géotechnique
• Génie Mécanique et Développement

Dans le cadre des mesures d’accompagnement à la stratégie énergétique nationale, notamment dans le domaine des énergies renouvelables et suite aux différentes discussions et réunions avec les responsables de l’ENIM, le Ministère de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement a décidé (lettre du 31/05/2010) de procéder à une orientation complémentaire dans la formation du cycle d’ingénieur d’Etat au sein de l’ENIM.
Ainsi, dès la rentrée universitaire 2010-2011, une nouvelle option intitulé « Energies Renouvelable » a été mise en place pour les élèves ingénieurs les plus méritants des filières Electromécanique.
Un projet de création d’une filière Energies renouvelables et développement durable, retraçant les différents modules suivant un cahier de charges bien défini a été élaboré à cet effet et remis au Ministère. Des travaux sont en cours pour affiner les programmes et présenter la filière pour accréditation auprès de la Commission Nationale d’Accréditation de l’Enseignement Supérieur Durant les 40 dernières années, l’ENIM a formés prés de 4000 ingénieurs qui opèrent dans tous les domaines d’activité économique et qui occupent des postes de responsabilité de choix. L’ENIM d’aujourd’hui c’est 12 Filières et Options.