Industrie minière et développement humain

L’industrie minière est une industrie unique de par l’impact complexe qu’elle peut avoir sur le développement économique local, sur l’environnement, sur les profils socioculturels souvent typiques des vastes zones minières d’un pays ou d’une région particulière.

Ce chapitre aborde les quatre aspects de la pauvreté -opportunité économique, possibilités, sécurité et transfert de pouvoir-dans le contexte de deux formes différentes de mines : d’abord mines à grande échelle et puis mines à échelle réduite ou artisanale. Les deux présentent un contexte très différent d’opportunités et de risques associés à l’exploitation des ressources naturelles sur les différents niveaux de pauvreté. Suivant le problème soulevé – par exemple l’eau, l’environnement, la santé, les transports, le développement du secteur privé et la gestion macroéconomique, nous suggérons de consulter les chapitres spécialisés de l’ouvrage de référence.

Qui doit utiliser ce chapitre ?
Ce chapitre est conçu comme une aide aux législateurs des pays où la mine a la possibilité d’influencer sensiblement les profils de pauvreté régionaux et nationaux — soit en aidant à réduire le niveau de pauvreté, soit, si elle n’est pas correctement gérée, en créant des risques auxquels les pauvres seraient particulièrement exposés. La liste de ces pays figure en annexe 1 à ce chapitre. Le secteur minier d’un pays aura une influence sur la stratégie de réduction de la pauvreté si une ou plusieurs des situations suivantes se présentent : La contribution du secteur minier dans l’ensemble de l’économie du pays est suffisamment importante pour justifier une attention spéciale : Car elle peut assurer au gouvernement des ressources budgétaires pour les programmes de réduction de la pauvreté et a la possibilité d’agir comme un catalyseur puissant dans le développement du secteur privé de la région. Car par la suite d’une restructuration de la mine ou d’une fermeture, les conséquences sociales et environnementales doivent être mitigées sous risque de frapper sensiblement le pauvre ou d’augmenter les profils régionaux de pauvreté.

Dans ce contexte, « Important » signifie que la part approximative du secteur minier est une des suivantes :

-10 % du revenu fiscal ;
-15-25 % des revenus
à l’exportation
-3-5 % du produit national brut (PNB) ou
-10-15 % de la main- d’oeuvre

Un pays n’a pas encore d’industrie minière ; toutefois, le développement de ses ressources naturelles semble être la seule option, ou une option clé, pour son développement. Un exemple est le Mali qui en 1990 n’avait pas de mine en exploitation ; dix ans plus tard, il y en a deux avec une troisième en cours de développement, et l’exportation de minerais est devenue l’article d’exportation le plus important, ce qui contribue sensiblement au revenu fiscal et aux résultats économiques du Mali. Les indices d’une telle situation doivent être les données géologiques qui devraient démontrer la possibilité pour un secteur minier de tenir un rôle important dans l’économie du pays.

Un pays a des noyaux de mines à échelle réduite, avec une population essentiellement itinérante. Si ces noyaux constituent ensemble une population de 50 000 individus ou plus, un gouvernement pourrait envisager de consolider ces efforts car les conséquences sociales et environnementales de même que les conflits culturels et politiques pourraient être explosifs.