AfriqueMines Géologie

Histoire de l’évolution de l’industrie minière en Afrique

Par : Mr. Youssef DAAFI, AMTTPA* Manager, Université Mohammed VI Polytechnique
*Accelerated Mining Technology Transfer platform for Africa

L’exploitation minière, tout comme l’agriculture, est l’une des premières activités de l’humanité, avec une histoire riche sur le continent africain. Outre le fait que l’Afrique soit le « berceau de l’humanité », elle est également le berceau de l’activité minière. Fondamentalement, le continent a été identifié comme la masse terrestre la plus ancienne et la plus durable du monde. En effet, l’Afrique abriterait la plus ancienne mine du monde, une mine d’hématite située sur la crête de Bomvu au Swaziland, datée vraisemblablement de 42 000 ans (https://www.mindat.org/loc-233777.html) .

Historiquement, l’exploitation minière sur le continent africain se faisait à petite échelle et, de ce fait, l’exploitation minière artisanale était très répandue. Les mineurs utilisaient essentiellement des outils manuels et d’autres méthodes rudimentaires pour extraire les substances minérales et des techniques primaires pour le contrôle du sol, de ventilation, de transport, de levage, d’éclairage et de brise de roche. Par exemple, avant de découvrir la fusion des métaux, les mineurs utilisaient initialement les métaux sous leur forme native, car ils les obtenaient en lavant le gravier des rivières dans les dépôts alluviaux. En ce qui concerne le cassage des roches, les premiers mineurs se servaient encore de méthodes et d’outils indigènes faits d’os, de bois et de pierre. Ces méthodes rendaient en effet le travail des mineurs difficile jusqu’à l’invention de la dynamite par Alfred Noble en 1867. Avant l’invention de la dynamite, les mineurs avaient découvert une autre méthode appelée « mise au feu », qui consistait à chauffer la roche avant de la tremper dans de l’eau froide pour la contracter et la briser. Au fur et à mesure des progrès de la société, les méthodes d’extraction ont évolué avec l’introduction de diverses technologies et machines, qui sont surtout utilisées dans les grandes exploitations minières.

En discutant de l’histoire de l’exploitation minière, il est également important de noter que de nombreuses époques culturelles de l’humanité sont associées et transposées sur divers minéraux ou à leurs dérivés et sont identifiées par ceux-ci. Il s’agit notamment de l’âge de la pierre (4000 avant J.-C.), de l’âge du bronze (4000-5000 avant J.-C.), de l’âge du fer (1500 -1780 avant J.-C.), de l’âge de l’acier (1780-1945) et de l’âge nucléaire (1945-aujourd’hui). Les objectifs de ces minéraux donnent également un aperçu de l’importance du secteur minier dans l’histoire de la civilisation comme illustré dans la figure suivante :

Les événements historiques de l’exploitation minière révèlent également que, contrairement aux croyances populaires, les Africains étaient déjà civilisés avant l’arrivée des missionnaires victoriens. Par exemple, les Africains se sont développés et organisés comme en témoigne l’existence d’empires et de sociétés urbaines complexes, y compris des royaumes dorés comme l’empire du Mali, l’empire du Ghana et l’empire Songhaï, qui possédaient de vastes richesses provenant de l’exploitation de l’or et du sel de l’Afrique du Sahara. L’or était également utilisé par ces empires riches pour fabriquer des masques et autres ornements. Ces ressources naturelles étaient échangées avec celles du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord en échange de produits manufacturés. Outre l’or et le sel, le fer a également été développé en Afrique depuis des temps immémoriaux. Par exemple, l’hématite rouge ou l’oxyde de fer noir étaient utilisés par les Africains pour fabriquer des cosmétiques ou lors de cérémonies funéraires. La métallurgie africaine du fer s’est tellement développée que les forgerons mozambicains considéraient le fer britannique comme étant de mauvaise qualité par rapport au fer local. Au Maroc aussi, l’exploitation minière est une activité historique comme en témoigne la diversité de vestiges et travaux anciens qui remontent au Moyen Age dans plusieurs mines comme celles d’Imiter et Zgounder (argent), Akka (or), Jbel Aouam (plomb), Bleida et Tazalght (cuivre) etc.

De ce qui précède, nous constatons que les Africains ont eu la capacité de développer le secteur minier, d’adapter et d’innover pour disposer de méthodes et de technologies idoines pour l’extraction et la valorisation leurs ressources minières.

Cependant, lorsqu’on parle de l’exploitation minière en Afrique, il est intéressant d’explorer le lien entre les richesses minérales de l’Afrique et le colonialisme. La délimitation des États africains a été convenue lors de la conférence de Berlin de 1884-1885, à la suite de quoi le continent a été divisé en colonies et dirigé par divers pays européens. La richesse minérale des États africains est l’une des raisons pour lesquelles la colonisation s’est intensifiée au XIXe et au XXe siècle. La ruée vers les diamants en Afrique australe, par exemple, a été à l’origine de la prolongation de la domination européenne en Afrique. En 1869, première ruée vers le diamant, un diamant brut de 83,5 carats a été découvert par un berger de Griqua à Hopetown en Afrique du Sud. Cette première ruée a été suivie d’une deuxième en 1870, lorsque des diamants ont été trouvés dans les fouilles de la rivière à Klip Drift (aujourd’hui Barkly West) ; des diamants ont également été trouvés à la ferme Bultfontein, à la limite de l’actuel Kimberley et des diamants ont été trouvés dans le bassin adjacent de Du Toit’s pan, ce qui a déclenché la troisième ruée vers le diamant. La ruée vers le diamant en Afrique australe a attiré une foule de prospecteurs, de contrebandiers et de spéculateurs qui étaient soutenus par l’impérialisme britannique. En effet, certaines sociétés minières ont été créées pendant cette période. Par exemple, les mines De Beers Mine Kimberly ont été découvertes en 1871. En conséquence, la De Beers Consolidated Mines Limited a été créée le 12 mars 1888. Outre De Beers, d’autres sociétés importantes, dont Rio Tinto-Zinc et Consolidated Gold Fields, ont également été créées.

Ces sociétés minières ont également joué un rôle important dans l’escalade de la colonisation des pays africains. Elles ont réalisé d’énormes profits et, grâce à leurs liens étroits avec la Grande-Bretagne et les centres financiers européens, ont gagné en puissance et en prestige. La British South Africa Company (BSA), qui a joué un rôle important dans la colonisation de l’Afrique Centrale, en est un bon exemple. La BSA a été fondée par Cecil Rhodes, son rôle dans la colonisation est envisagé dans sa domination sur les territoires du Zimbabwe et de la Zambie (alors Rhodésie du Sud et du Nord) – jusqu’au milieu des années 20, lorsque l’administration britannique a pris le relais. La BSA a également participé à la distribution des droits miniers et à l’octroi de concessions et, à ce titre, elle a accordé une licence de prospection exclusive à deux entreprises minières appartenant à des intérêts britanniques, américains et sud-africains. La Zambie n’a pris le contrôle de son secteur minier qu’après son indépendance en 1964, et à cet égard, les droits de concession ont été transférés au gouvernement zambien contre une « compensation » de 2 millions de livres sterling.

Ce qui précède, illustre le rôle des entreprises privées non seulement dans l’exploitation des ressources naturelles en Afrique mais aussi dans la colonisation de l’Afrique. Ces sociétés ont toujours été soutenues par leurs États impériaux, comme le montre le cas du Congo belge, où la Compagnie minière du Katanga a gouverné le territoire en échange d’une concession minière exclusive accordée par l’État belge, qui a tiré ses « droits » au Congo lors de la Conférence de Berlin de 1885. Bien que la recherche de minéraux ait joué un rôle majeur dans la colonisation de divers pays africains, il convient de noter que d’autres facteurs, notamment la production alimentaire et l’occupation des terres, ont également été essentiels dans le processus de colonisation.

Cependant, nous constatons que les récents développements qui ont eu lieu dans le secteur minier africain ont été fortement influencés par les événements historiques évoqués ci-dessus. Par exemple, les réformes juridiques dans le secteur ont toutes été axées sur la garantie que les Africains bénéficient de leurs richesses minières. Cela a nécessité le renforcement des dispositions relatives à la responsabilité sociale des entreprises, la modification des régimes fiscaux, la réglementation et la formalisation des exploitations traditionnelles et la mise en place de mécanismes régionaux tels que la Vision Minière Africaine 2050 (https://au.int/en/ti/amv/about).

Tags
Montrer plus

Articles connexes

Check Also

Close
Close