EconomieEvénements

La Banque mondiale lorgne sur les ressources naturelles

La Banque mondiale prévoit une croissance économique en Afrique subsaharienne de 5,3% cette année et de 5,6% l’an prochain. S’ils ne rivalisent pas avec le taux de croissance de la Chine, ces taux suscitent sans doute l’envie de l’Europe et des Etats-Unis.
La Banque mondiale souligne que cette croissance sera en grande partie tirée par les ressources naturelles, en particulier minérales, de la région (minéraux solides, pétrole, gaz…). Ajoutons que cette croissance est essentiellement portée par la Chine et les autres grands pays émergents, tels que l’Inde, chez lesquels certains minéraux essentiels font défaut. La faiblesse des revenus par habitant bride toujours la consommation intérieure en Afrique subsaharienne (avec quelques exceptions notables, tels que les téléphones portables). Investir dans les ressources naturelles en Afrique subsaharienne constitue donc un moyen de profiter de la croissance des pays consommateurs les plus dynamiques du monde. En outre, si le placement est réalisé par le biais d’une société minière cotée sur une Bourse occidentale et gérée par des professionnels ayant l’expérience technique et géographique requise, l’investisseur peut bénéficier de la croissance de la consommation en Asie tout en étant protégé par une gouvernance d’entreprise solide. Soulignons cependant que les produits minéraux ne sont pas une classe d’actifs homogène.

Tags
Montrer plus

Articles connexes

Check Also

Close
Close