Eau Assainissement
Trending

L’ OCP abandonne l’usage des eaux souterraines

Le «Programme Eau», un procédé de recyclage volontariste

Afin de garantir une gestion intégrée et durable des ressources hydriques, le Groupe OCP a mis en place un « Programme Eau » qui repose sur deux leviers : optimisation de l’utilisation de l’eau sur toute la chaîne de valeur (activités minières, transport, valorisation), et mobilisation des ressources en eaux non conventionnelles (eaux usées domestiques épurées et eaux de mer dessalées). Cette initiative intervient en effet à chaque étape de la chaîne de valeur du Groupe : de 63 millions de mètres cubes en 2010, ses besoins en ressources hydriques dépasseront à terme les 160 millions de mètres cubes annuellement,  sachant que le « Programme Eau » a mobilisé depuis 2008 plus de 3,5 milliards dirhams, orientés vers le développement industriel qui vise à doubler la capacité de production minière. Avec cette stratégie de transformation industrielle, qui mobilise 21 milliards de dollars d’investissement, l’OCP relève aujourd’hui le défi d’une croissance industrielle à la fois prospère et durable. Pour ce faire, le Groupe s’est engagé dans la récupération et le recyclage de plus de 80 % des eaux utilisées dans les procédés d’enrichissement, en système continu, par lavage-flottation au niveau des unités de ses sites de production.

Leader mondial des phosphates et produits dérivés, le Groupe OCP a pris la décision volontariste d’abandonner à l’horizon 2020 l’usage des eaux souterraines, considérées comme ressource stratégique du Royaume. Et malgré une production de phosphates et d’engrais plus importante, le niveau de prélèvement des ressources naturelles en eau reste quasiment le même que celui de 2010 : tout le besoin d’eau additionnel est comblé par l’usage d’eaux non conventionnelles. Ces dernières ont d’ailleurs pu satisfaire, en 2018, 30 % des besoins en eau du Groupe. Une grande partie du financement du « Programme Eau » a été assurée via des prêts internationaux octroyés par l’AFD et la KFW, traduisant la confiance de la communauté internationale envers ce programme.

En effet la STEP de Youssoufia, retenue comme exemple, vise le traitement des eaux usées d’une capacité de 76500 équivalent-habitant en 2020. Son procédé d’épuration biologique consiste en l’élimination de la pollution carbonée via trois files de traitement : eau et boue, avec traitement, filtration, extraction et séchage, puis gaz, avec stockage et valorisation. Les eaux épurées, provenant de la station, sont utilisées dans les activités minières de l’OCP dans la région, et aussi dans l’arrosage des espaces verts du club équestre de Youssoufia. Depuis sa mise en service, la STEP de de la ville de Youssoufia a fait bénéficier à la cité de nombreux impacts positifs qui limitent le  déversement des eaux usées dans la nature et permettre, grâce au séchage solaire, la valorisation des boues en gaz. De ce fait, les ressources hydriques souterraines de la ville sont préservées et la capacité de production sera portée à 2,7 millions de mètres cubes par an à l’horizon 2020, rendant ainsi verdoyant des  espaces  créés à l’intérieur et à l’extérieur de la STEP en offrant aussi un cadre paysager plus harmonieux.

En conclusion l’OCP optimise dans nombre de projets l’utilisation de l’eau et la recherche dans les technologies de traitement de cette dernière (épuration et dessalement) en collaboration avec plusieurs partenaires dont l’Université Polytechnique Mohammed VI.

Tags
Montrer plus

Articles connexes

Close