Appel cadencé au secteur des assurances

Le secteur des assurances, qui joue un rôle central dans la protection de l’économie et la garantie de la sécurité des personnes, a connu ces dernières années des changements rapides aussi bien sur le plan de son chiffre d’affaires, qui a atteint 21 milliards de dirhams (MMDH), que sur ceux de la qualité de ses prestations de service, de la diversité des intervenants et des défis qui sont de nature à impacter son développement.
C’est un secteur mobilisateur de l’épargne orientée vers le marché financier, dont les placements nets alloués aux opérations d’assurances ont atteint au terme de l’année 2010 plus de 105 MMDH, ce qui permet de financer directement les activités commerciales et d’avoir des répercussions positives sur les grands secteurs économiques du Royaume.
Avec la mise au point d’un contrat-programme liant le gouvernement au secteur des assurances, est-ce que celui-ci pourrait s’acquitter convenablement de ses missions économiques et sociales? L’esprit constructif qu’affichent les opérateurs du secteur et le climat de partenariat avec le gouvernement rentrent dans le but efficient d’une mise à niveau du secteur des assurances et l’amélioration de son chiffre d’affaires. C’est en fait un outil au service du développement économique et social du pays. Et le développement du secteur des assurances est appelé ainsi à améliorer ses capacités compétitives et accompagner le processus de développement du Maroc en tant que centre financier régional.
Le contrat-programme entre le gouvernement et le secteur des assurances prévoit dans ses lignes plusieurs mesures qui visent à protéger les personnes et leurs biens à travers l’amélioration de la couverture (maladies, retraite). Essentiellement pour les employés du secteur privé et les professionnels, dont les agriculteurs, et aussi à faire améliorer la contribution du secteur aux efforts de prévention contre les accidents, aussi bien pour les usagers de la route que pour les entreprises.
L’accord vise en perspective la contribution du secteur, qui reste encore fragile sur le plan technique, pour le rayonnement économique du pays. Il ambitionne de développer le secteur en améliorant la qualité de ses prestations, notamment dans les domaines de la santé et des accidents de travail, son image et sa couverture consacrant ainsi la culture des assurances auprès de larges franges de la société marocaine.
Et pour clore, les principaux objectifs de ce contrat-programme visent l’amélioration de la couverture santé qui est encore loin d’atteindre les 90% des bénéficiaires de l’assurance maladie obligatoire et 50 % des bénéficiaires de l’assurance médicale des métiers indépendants, et faire augmenter aussi de 50 % le taux d’assurance sur les accidents de travail pour atteindre, au terme du développement 100 % la couverture contre les catastrophes naturelles.
Ce contrat-programme a également pour but de secourir plus de 10.000 personnes (2.400 contre les accidents de la route et 8000 contre les accidents de travail), et créer 5.000 emplois directs et 50.000 indirects, estimant que les facteurs de réussite de cet accord résident dans la création d’une instance de gouvernance, d’une commission d’orientation et d’une autre de suivi, d’adoption de plans d’action et d’un agenda précis.

Mohamed Mehdi