Afrique-Entreprises marocaines

Soutien à la coopération Sud-Sud

Outre le succès de l’implantation de grands établissements bancaires marocains dans les pays d’Afrique de l’Ouest et qui ont réussi à s’ériger en leaders au niveau de cette région, de nombreuses entreprises marocaines de divers secteurs emboitent le pas aux mastodontes avec succès et donnent un plein sens aux voeux de la coopération Sud-Sud tant plaidée par les politiques et les gouvernements africains.
Le Salon international des solutions pour les transports et la logistique organisée du 15 au 17 novembre à Dakar a été l’occasion de rencontrer certaines de ces entreprises marocaines qui ont réussi leur implantation sur le continent africain et apporter une expertise confirmée à de grands chantiers structurants, particulièrement en Afrique de l’Ouest.
«Stroc Industrie», un opérateur marocain intervenant dans les secteurs des mines, de l’énergie, du ciment, de la Chimie et du BTP, est l’exemple de l’entreprise marocaine qui a orienté sa stratégie de développement vers l’Afrique subsaharienne, une région à fort potentiel de croissance et qui recèle d’énormes opportunités d’investissement. Vu l’importance du marché africain et l’envergure des plans d’investissement engagés par les pays d’Afrique subsaharienne, l’ambition est de porter ce taux à 35 ou 40 pc dès 2013.
«Conseil Ingénierie et développement» (CID), une société marocaine d’ingénierie multidisciplinaire,
arrive à s’exporter avec succès sur l’Afrique subsaharienne. «Nous conduisons plusieurs projets d’envergure en Afrique de l’Ouest et en Afrique Centrale», indique Moncef Ziani, directeur général de la société.
«Nous supervisons actuellement la construction d’un grand barrage au Niger et d’un ouvrage hydraulique similaire au Burkina-Faso’’, affirme-t-il, ajoutant que l’expertise de la société a été également sollicitée par les pouvoirs publics ivoiriens pour conduire les travaux de construction de l’autoroute Abidjan-Yamoussoukro.
Au Sénégal, la société a été à l’oeuvre dans plusieurs chantiers dans les domaines de l’eau potable et la construction des routes. Le responsable de CID indique que sa société accompagne actuellement le gouvernement sur le projet de l’autoroute Dakar-Thiès en plus du démarrage prochain d’un projet de route en Casamance (Sud du Sénégal) sur une distance de 50 km.
La stratégie de la société consiste actuellement à diversifier ses marchés en prospectant de nouveaux pays comme le Cameroun, le Gabon et le Tchad, souligne M. Ziani qui révèle que le marché africain a atteint le pic de 20 pc du chiffre d’affaire de la société.
‘’Notre démarche est fondée sur le principe du partenariat gagnant-gagnant, tient à préciser M. Ziani,
expliquant que l’ensemble des projets en Afrique subsaharienne sont exécutés systématiquement dans le cadre de groupements avec des sociétés locales. ‘’Dans l’ensemble des pays où nous opérons nous laissons les locaux faire tout ce qu’ils savent faire et notre rôle se limite à apporter le complément d’expertise nécessaire comme au niveau technique, du management, et des études environnementales’’,a-t-il dit.
Bouchaib Benhamida, président de la Fédération nationale du BTP, plaide, quant à lui, pour davantage
de dynamique d’échanges et de partenariat avec les pays de la région d’Afrique de l’Ouest et particulièrement le Sénégal.
«Nous avons pris conscience, aussi bien de la part des pouvoirs publics que du secteur privé, de la nécessité de parvenir à un accord commercial avec les pays de la région d’Afrique de l’Ouest (Union économique et monétaire d’Afrique de l’Ouest -UEMOA, regroupant huit pays), a-t-il souligné, précisant qu’une telle mesure est à même de promouvoir et intensifier les échanges économiques entre les deux parties dans le cadre d’un partenariat mutuellement bénéfique.
Le Maroc a développé une expertise confirmée dans divers domaines d’infrastructures (industrie, habitat, ingénierie, irrigation, eau potable) et un cadre encourageant ne peut être que profitable pour l’effort de développement entrepris par ces pays dans le cadre de partenariats orientés vers l’investissement, a-t-i affirmé.
Le ministre de l’équipement, M. Aziz Rebbah a coprésidé avec son homologue sénégalais, M. Thierno Alassane Sall, jeudi à Dakar, l’ouverture du Salon International du transport et de la logistique. Le ministre, accompagné d’une délégation d’opérateurs marocains, a mené des séances de travail avec plusieurs responsables sénégalais et des associations du patronat sénégalais.
Le Sénégal, porte de l’Afrique de l’Ouest et le Maroc, un carrefour entre l’Afrique, le Maghreb, et l’Europe, comptent initier à travers cette manifestation une dynamique d’échange et de coopération entre les opérateurs des transports et de la logistique des deux pays appelés à investir le grand potentiel qu’offre la position de hubs régionaux du continent que sont Casablanca et Dakar.

Rédaction/Agence