Conjoncture

Le relachement des prix internationaux des matières premières énergétiques et alimentaires a joué un rôle particulier en faveur des importations, récemment située dans une phase conjoncturelle et peu montante, cette tendance est amorcée par les importations de biens en raison d’un repli à la fois des importations énergétiques que des achats hors énergie.

Pendant le premier trimestre 2009, les importations de marchandises ont reculé de 16,8% à 61,08 MMDH contre 73,43 MMDH auparavant. Dans ce sillage, la facture énergétique s’est peu allégée. Selon l’Office des Changes, les importations de produits énergétiques et des demi-produits, a représenté 76,5% de la baisse totale des importations. Cette régression est imputable, pour l’essentiel aux importations d’huile brute de pétrole qui ont baissé de 58,6% à 3,37 MMDH à fin mars. Le prix moyen de la tonne importée a reculé de 50,4% à 2.595 DH/t contre 5.232 DH/t. Cette évolution des achats d’huile brute de pétrole permet de voire une baisse du prix moyen mensuelle de la tonne importée à 2.535 DH/tonne enregistrée en mars 2009, contre 5.480 DH/t en mars 2008. Exepté une hausse au niveau des produits finis de consommation et des produits finis d’équipement, les autres groupes de produits à l’importation ont baissé, surtout les produits énergétiques et les demi-produits. Les produits énergétiques reculent au quatrième rang, parmi les groupes de produits à l’importation avec une part de 16,6% à fin mars 2008, avec une part de 21,6%). La contraction a également concerné les produits alimentaires avec 6,66 MMDH contre 9 MMDH, soit une baisse de 26%. Cette diminution est à attribuer aux approvisionnements en blé (-58,9%) et en maïs (-29,6%).
L’évolution des achats de blé, laisse apparaître que le prix moyen de la tonne importée chaque mois a régressé à 2,299 DH/t en mars 2009 contre 3.247 DH/t une année auparavant. La part des produits alimentaires dans le total des importations a baissé à 10,9% (12,3% à fin mars 2008). La contraction de l’activité chez les principaux partenaires commerciaux commence par peser sur les débouchés à l’exportation du Maroc. Le recul des ventes extérieures des phosphates et de leurs dérivés explique, en partie, ce mouvement baissier, après avoir fortement profité de la fermeté des cours mondiaux. Evoluant en effet en demi-teinte, les exportations de marchandises ont totalisé 26,56 MMDH contre 38,18 MMDH, en baisse de 30,4% par rapport à fin mars 2008. Cette tendance a concerné tant les exportations hors phosphates et dérivés qui se sont chiffrées à 22,35 MMDH contre 29,42 MMDH à fin mars 2008, soit une dépréciation de 24% que les ventes de phosphates et dérivés qui n’ont totalisé qu’à peine 4,20MMDH contre 8,75 MMDH.
Les demi-produits ont ainsi reculé au second rang parmi les groupes de produits à l’exportation avec une part de 23%, après avoir occupé le premier rang une année auparavant (28,6%) à fin mars 2008.