Témoignage

Une gouvernance à pied d’oeuvre

Le processus de décentralisation dans notre pays a connu un développement peu timide dans le domaine de la gestion régionale. Il est resté à la traine et ne peut atteindre les objectifs escomptés que si, parallèlement, est engagé un processus de déconcentration qui implique le transfert des attributions de l’administration centrale à ses délégués locaux. Partant de cette base, le rôle de la région élargie, englobant certes des collectivités locales, ira en grandissant dans la gestion des affaires locales, ce qui va renforcer son rôle de partenaire privilégié auprès des autres acteurs économiques et sociaux.

La Région élargie, aujourd’hui consacrée par la Constitution du Royaume, constitue un jalon essentiel dans la consolidation de la démocratie locale, un domaine fécond pour le développement économique et social et un vaste espace pour la réflexion et la planification, dans un cadre large et pour un avenir meilleur, dans la coopération et l’harmonie avec les autres entités territoriales, en tant qu’outil d’unification et facteur de cohésion. L’intérêt accordé à la connaissance du milieu urbain et de ses équipements collectifs suscite un intérêt croissant, en raison de l’urbanisation accélérée que connaît le pays, et de son effet sur les équipements et les dysfonctionnements liés à la répartition des infrastructures. Pour résorber ce déséquilibre et assurer la satisfaction des besoins, le développement
d’un réseau d’équipements collectifs appropriés s’impose. Tant que ce déséquilibre persiste, le problème de la marginalisation sociale, qui s’intensifie avec le chômage et la pauvreté va continuer à se poser.
La politique des équipements collectifs doit donc occuper une place centrale dans la stratégie de développement, particulièrement dans le cadre de l’aménagement du territoire. La distribution spatiale de la population et par conséquent des activités économiques, est certes liée aux conditions naturelles, difficiles à modifier. Néanmoins, l’aménagement de l’espace par le biais d’une politique active peut constituer un outil efficace pour mettre en place des conditions favorables à la réduction des disparités. Cette politique requiert des informations fiables à un niveau fin sur l’espace à aménager. Et partant de cette donne, l’exemple de la province de Zagora dans le domaine de la nouvelle gouvernance fait des émules. Province aux étendues territoriales vaste, elle est un peu plus grande que celle de sa consoeur Ouarzazate. (Voir encadré) Sur le plan institutionnel, la région souffre de manque de certaines administrations locales, et de services, en particulier la Santé. Il y va aussi d’une infrastructure trop faible, surtout sur le plan routier, de transport et de télécommunication. Il faut dire que la région de Zagora manque d’opportunités par son faible accès aux nouvelles technologies ce qui exclu toute tentative d’embauche aux demandeurs d’emploi.
Sur le plan socio-culturel, la population, composée de plusieurs ethnies, est quasi pauvre. La diversité ethnique, le partage des terres agricoles tribales (entre individus et douars), le système d’irrigation complexe (droit privé de l’eau) la répartition des eaux agricoles (…) suscitent souvent des conflits entre les tribus (et entre clans dans la même tribu). En outre, l’impact des actions entreprises, tel qu’il est perçu par la population, peut entraîner des réticences. Cependant, ces inconvénients peuvent être contrebalancés par la coopération et la collaboration manifestées par la population de la région. Enfin, l’organisation en ces termes de coopérations et d’association intervient avec plus d’efficacité que l’administration locale qui est généralement saisie pour apporter sa contribution en mettant à leur disposition un appui technique et logistique, aux différents acteurs locaux, le matériel dont dispose. De par cette approche, la population participe et soutient souvent les activités et n’hésite pas à exprimer sa satisfaction quant aux prestations réalisées.

Découpage administratif dans la province de Zagora

Zagora est une province qui s’étend sur une superficie de 23 000 Km² dont 33100 ha de SAU et 2129650 ha de parcours. Elle comprend: deux Pachaliks : de Zagora et d’Agdez ; 2 Cercles : de Zagora et d’Agdez et 7 Caïdats : Tinzouline, Tamegroute, Tagounite, M’hamid, Tamezmoute, et Tazarine,N’kob. -2 Communes Urbaines : Zagora et Agdez -23 Communes Rurales : Ternata, Errouha, Bleida, Beni Zoli Taftechna, Bouzeroual, Tinzouline, Tamegroute, Fezouata M’hamid El Ghizlane, Tagounite ,Afla N’dra, Tansifte , Mezguita Tamezmoute, Afra, Oulad yahya lagrair La Province de Zagora s’étend sur une superficie de 23 000 Km² dont 33100 ha de SAU et 2129650 ha de parcours.