Energie
Trending

Stockage de l’électricité et sa réinsertion dans le réseau

pour contrer les besoins énergétiques en augmentation

Depuis l’avènement de l’ère industrielle au milieu du XIXe siècle, l’humanité ne cesse d’accroître sa consommation d’énergie sous des formes multiples pour répondre à la complexification des sociétés (industrie, transports, chauffage, électricité, etc…). Ce développement n’a pu se produire que grâce à l’utilisation massive des combustibles dits  fossiles, essentiellement le charbon et le pétrole. Or nous savons maintenant que la combustion de ceux-ci détraque le climat alors que les besoins énergétiques continuent d’augmenter . D’où s’impose aujourd’hui la question du stockage de l’électricité. Celui-ci se posait lorsque l’électricité était produite à partir des énergies solaire et éolienne essentiellement, énergies irrégulières peu ou pas prévisibles… L’électricité en effet ne peut être stockée sous forme électrique qu’en très petites quantités (condensateurs). Il faut la transformer en une autre énergie qui pourra la restituer sans trop de pertes :

– chimique (différents types de batteries)
– chimique avec décomposition de l’eau en hydrogène et restitution dans des piles à combustibles
– mécanique par rotation d’un volant d’inertie
– mécanique avec compression d’un gaz
– transformation en énergie potentielle par pompage d’eau dans un réservoir plus ou moins grand et restitution par chute de l’eau sur des turbines entraînant des alternateurs : on a là exactement le même principe que celui des barrages. On parle alors de STEP (station de transfert d’énergie par pompage). Cette méthode semble la plus prometteuse pour des stockages d’importance permettant une réinjection dans le réseau électrique général aux heures de pointe.

Tags
Montrer plus

Articles connexes

Close