Afrique

Promouvoir l’industrie verte et l’esprit d’entreprise en Afrique

Comment l’Afrique peut-elle atteindre la prospérité économique sans contribuer davantage au changement climatique? La solution réside dans une sorte de Green New Deal – une stratégie globale visant à atteindre une croissance durable, y compris par le biais d’investissements coordonnés à grande échelle dans le déploiement des énergies renouvelables, écrit l’économiste Carlos Lopes dans la Tribune de Genève que voici.

Plus tôt cette année, le cyclone tropical Idai a balayé l’Afrique australe, faisant des centaines de morts, des milliers de blessés et déplaçant encore plus de personnes. Au Mozambique, près de la moitié des récoltes annuelles et des infrastructures critiques ont été détruites. Au total, plus de trois millions de personnes dans la région ont été touchées. C’était un rappel brutal de la vulnérabilité de l’Afrique face à l’intensification des conséquences du changement climatique.

Les cyclones ne sont pas nouveaux, mais à mesure que les changements climatiques progressent, ils deviennent de plus en plus courants: l’océan Indien compte en moyenne trois cyclones par saison de cyclones; pourtant dans cette seule saison, il y en avait sept. La même chose vaut pour d’autres types d’événements météorologiques. Au Zimbabwe, plus de deux millions de personnes sont actuellement confrontées à une grave pénurie d’eau due à la sécheresse induite par le changement climatique.

Cependant, même si l’Afrique est confrontée aux nouveaux défis du changement climatique, elle dispose également d’opportunités majeures pour développer son économie et réduire une pauvreté encore omniprésente. Le PIB combiné des pays africains vulnérables au changement climatique devrait passer de 2,45 milliards dollars en 2019 à 3,46 milliards dollars en 2024. L’Afrique peut-elle assurer ce progrès économique sans contribuer davantage au changement climatique? La solution réside dans une sorte de Green New Deal – une stratégie globale pour parvenir à une croissance durable, semblable à celle préconisée par certains hommes politiques démocrates aux États-Unis. L’un des piliers de ce plan consisterait à réaliser des investissements à grande échelle dans le déploiement des énergies renouvelables.

Alors qu’un Green New Deal américain se concentrerait sur l’abandon des combustibles fossiles, dont l’infrastructure est déjà en place, une stratégie africaine serait de fournir de l’énergie (et des infrastructures énergétiques) à partir de zéro. Environ 60% de la population mondiale sans accès à l’électricité vit en Afrique. Pourtant, en 2018, l’Afrique a reçu moins de 15% des investissements énergétiques mondiaux. Et une grande partie de ces fonds limités vont encore aux technologies d’hier. Entre 2014 et 2016, près de 60% des investissements publics africains dans l’énergie ont été consacrés aux combustibles fossiles, soit 11,7 milliards de dollars en moyenne chaque année.

Cette approche n’est pas seulement irresponsable sur le plan environnemental; cela a aussi peu de sens économique. Les énergies renouvelables dépassent déjà les combustibles fossiles au niveau mondial, et une action audacieuse en matière de climat promet d’apporter des avantages économiques majeurs – de l’ordre de 26 000 milliards dollars d’ici 2030. La Banque européenne d’investissement – source de longue date des investissements énergétiques en Afrique – devrait approuver une proposition existante visant à mettre fin à tous les prêts pour des projets d’énergie reposant sur les combustibles fossiles d’ici la fin de 2020.

Les Africains, quant à eux, font déjà la promotion du développement durable. L’Agenda 2063 de l’Union africaine, créé en 2013, définit un plan ambitieux pour parvenir à une croissance durable et inclusive au cours du demi-siècle qui a suivi. L’Initiative africaine pour les énergies renouvelables (AREI), créée en 2015, vise à accroître considérablement l’utilisation des énergies renouvelables tout en élargissant l’accès global à l’énergie.

Sur le terrain, les mini-réseaux solaires fournissent une énergie renouvelable bon marché aux communautés à travers l’Afrique, à des prix de plus en plus compétitifs (par rapport aux réseaux alimentés au diesel de taille comparable). Les systèmes solaires domestiques et les solutions de cuisson propres (qui utilisent des équipements et des combustibles plus propres et plus modernes) offrent également un accès à l’énergie propre à des prix concurrentiels. En Afrique de l’Est, les ménages équipés de systèmes solaires ont économisé environ 750 USD chacun sur le kérosène et éliminé 1,3 tonne de dioxyde de carbone au cours des quatre premières années d’utilisation. Un Green New Deal doit faire évoluer ces innovations, par le biais d’investissements publics et privés coordonnés dans la production d’énergie éolienne et solaire – sur réseau et hors réseau – et d’un soutien au déploiement de solutions de cuisson propre. Cela devrait être intégré aux efforts plus vastes visant à promouvoir l’industrialisation verte et l’esprit d’entreprise.

Un financement substantiel est déjà proposé. Plus tôt cette année, la Banque mondiale a annoncé son intention de fournir 22,5 milliards dollars pour l’adaptation et l’atténuation du changement climatique en Afrique à l’horizon 2021-2025. La Banque africaine de développement, pour sa part, a récemment investi 25 millions dollars dans un fonds d’actions pour les énergies renouvelables qui prévoit d’ajouter 533 MW de capacité de production d’énergie installée en Afrique subsaharienne. Cet investissement public initial devrait mobiliser entre 60 et 75 millions  dollars supplémentaires d’investisseurs privés. Toutefois, si un pays souhaite bénéficier de cet investissement privé, il doit disposer d’une planification énergétique solide et d’un régime réglementaire efficace, ce qui est essentiel au bon fonctionnement des marchés de l’énergie propre et à l’émergence de projets en cours. C’est pourquoi les pays africains doivent intégrer la lutte contre le changement climatique dans toute leur planification économique et de développement.

À cette fin, une coalition de pays africains, appuyée par la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique et la nouvelle économie climatique, s’emploie à faciliter une action significative et coordonnée mettant l’ensemble du continent sur une trajectoire de croissance plus inclusive et durable. Des partenariats avec des ministres des finances et de la planification nationaux, des institutions financières de développement pertinentes et le secteur privé soutiendront ce processus.

Relever le formidable défi que le changement climatique pose à l’Afrique dépendra de moments de focalisation collective et de clarté. Le sommet sur le climat du secrétaire général de l’ONU, qui se tiendra le mois prochain, devrait être un tel moment, les pays s’engageant à renforcer leurs objectifs de réduction des émissions dans le cadre de l’accord sur le climat de Paris de 2015, afin d’atteindre des émissions nettes d’ici le milieu du siècle. Compte tenu de leur vulnérabilité accrue, les pays africains ont tout intérêt à placer la barre haute, mettant ainsi la pression sur les autres pour qu’ils augmentent leurs propres contributions. Seule une action mondiale concertée permettra d’espérer éviter une catastrophe climatique.

 

Tags
Montrer plus

Articles connexes

Close