Environnement
Trending

Pressoirs d’huile d’olives dans le collimateur

Les résidus de l’extraction menacent l’écosystème

En ce moment de chaque année la récolte des olives fait son train, en abondance cette année, les producteurs de l’huile s’en prennent aux pressoirs à olives dans plusieurs régions du Royaume. Mais c’est dans la région de Taounate que vient le bruit. Malgré l’injonction des agents d’autorité, les producteurs de l’huile continuent à jeter les résidus de l’extraction dans la nature, menaçant ainsi l’écosystème et plusieurs barrages. Rien que pour le oued Sébou, dans la région du Gharb, la nature du courant a changé de couleur pour prendre celle d’une huile noirâtre. De grosses décharges envahissant ainsi le fleuve, lui feignant une catastrophe environnementale, ce qui nécessite une intervention immédiate des pouvoirs publics. Car si on continue à jeter les grignons d’olive dans la nature, une pratique ferait inlassablement détériorer le sol et affecter aussi la nappe phréatique. Plus grave encore, lesdits producteurs auraient profité largement des subventions accordées par l’Etat à hauteur de 780 mille dirhams, pas pour y arriver au stade de pollueurs récompensés.

Rappelons que les grignons d’olives sont les résidus produits du processus d’extraction de l’huile d’olive. Depuis les années 1990, les exigences environnementales, relatives aux rejets liquides à charge polluante non nulle, ont pris de l’ampleur. Les pressoirs à olives rejettent de moins en moins des margines, mais au contraire des grignons à teneur en eau restent plus élevés.

Tags
Montrer plus

Articles connexes

Close