Energie

Nucléaire

L’énergie qui mène à tout

Presque 25 ans après la création du Centre national des énergies nucléaires (CNESTEN), actuellement basé à Maâmora, le Maroc a décidé de se doter d’une agence pour veiller à la sûreté et à la sécurité nucléaire. L’agence devrait, entre autres missions, se charger de faire respecter les normes dans les installations, qu’elles soient de recherche ou autre.

Elle aura également force d’autorité puisqu’elle se chargera d’appliquer les sanctions contenues dans le projet de loi relatif au domaine nucléaire. L’agence sera, enfin, placée sous la tutelle de l’Etat mais le texte ne spécifie pas encore le département qui en aura la charge.

Il a été question dans une première étape de le confier à l’ONE du fait que l’utilisation du nucléaire serait pour la production de l’électricité. Le Maroc donc, via l’ONE, est en négociation avec l’AIEA dans ce sens. Est-ce vrai ?

Les réflexions sur l’introduction de l’électronucléaire dans le système électrique national avaient été lancées au début des années 80. Elles concernaient les études de site et de faisabilité technico-économique de la première centrale électronucléaire.

Ces études, réalisées avec l’assistance de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA), avaient permis de qualifier un site pour abriter la première centrale électronucléaire dans notre pays.

Depuis ce temps, le paysage énergétique mondial a subi de profondes mutations qui ont eu un impact direct sur la situation énergétique des pays non producteurs de pétrole et de gaz comme le Maroc. Le projet est actuellement dans une phase d’évaluation, pour prendre en considération toutes les nouvelles donnes technico-économiques et de sécurité liées à l’introduction de l’électronucléaire au Maroc.

Les résultats fournis à l’issue de l’étude de faisabilité avaient conclu, par ailleurs, que le réseau électrique national ne pourra supporter l’insertion d’une centrale électronucléaire qu’à partir de 2017. Selon une étude réalisée récemment par ce Département, l’introduction de l’électronucléaire dans le bilan énergétique national nécessite une consommation nationale d’un niveau minimum de 80 Twh à comparer à 22 Twh consommés aujourd’hui. La technologie électronucléaire appropriée pour le système électrique national constitue une composante majeure de la réflexion menée actuellement par ce Département dans le cadre des préparatifs liés à l’introduction de l’électronucléaire dans notre pays. Le choix de cette technologie qui devrait prendre en considération les spécificités et l’évolution du marché national de l’électricité,ainsi que les caractéristiques de sa courbe de charge et ses tendances prévisionnelles fera l’objet d’études spécifiques.

L’investissement attendu dépend de plusieurs paramètres dont principalement la technologie choisie, la taille des réacteurs et la capacité globale de production qui sera retenue. La réflexion menée actuellement traitera en détail cette question que nous considérons comme composante majeure du coût complet du KWH produit dans une centrale électronucléaire.

Compte tenu du taux d’évolution de la demande électrique, de l’évolution attendue de la technologie des réacteurs et de la baisse attendue des coûts d’investissements dans les centrales électronucléaires, et dans une perspective de développement et d’introduction de la filière électronucléaire dans le bilan énergétique national à l’horizon 2020-2025 dans des conditions économiquement rentables, notre pays envisage à présent la mise en place d’une démarche globale incluant la législation et la réglementation relatives à la sûreté et la sécurité nucléaire, la mise en place d’une Agence de sûreté et de sécurité nucléaire, le programme de développement descompétences dans les techniques nucléaires et la réalisation des études nécessaires pour le choix de la technologie appropriée pour le système électrique national.

Tags
Montrer plus

Articles connexes

Check Also

Close
Close