Afrique
Trending

Naissance du marché commun africain( ZLEC)

C’est une nécessité pour les pays africains de voir leur stratégie unifiée et se confirmer dans le cadre d’une Zone de libre-échange continentale (ZLEC), dont l’entrée en vigueur est datée depuis 30 mai 2019. C’est l’heure aux Africains d’identifier des secteurs où ils sont leaders pour résister à la concurrence des autres pays .

La Zone de libre-échange continentale (ZLEC) constitue donc une opportunité pour le Maroc de promouvoir ses exportations et de diversifier ses partenaires africains, tirant profit des flux commerciaux potentiels qu’offrent les marchés du continent. Avec la ZLEC, le Maroc va pouvoir accéder à d’autres marchés africains dans lesquels il n’était pas présent, notamment dans les régions de l’Afrique australe ou de l’Afrique de l’Est.

 A signaler que le Maroc est le premier investisseur africain en Afrique de l’Ouest, région qui reçoit 64,7% du total de ses investissements sur le continent. Les secteurs concernés sont notamment l’agriculture, l’assurance, la banque, la cimenterie, l’électricité, les engrais, l’immobilier et les mines. Incitant le Royaume à renforcer les infrastructures (ponts, navires, ports, routes, autoroutes, chemins de fer) dans les pays du Continent afin de pouvoir exporter ses produits dans de bonnes conditions.

Il est indubitable que la création de la ZLEC permettra la libéralisation des échanges économiques inter-Etats et d’augmenter le niveau de commerce intra-africain de près de 25% à moyen terme pour atteindre 52%, à long terme. Tout en sachant qu’aujourd’hui, seulement 15% du commerce des pays africains s’effectue avec d’autres pays du Continent et que ce dernier ne représente que 2% du commerce mondial.

Les investissements directs étrangers (IDE) interafricains et entre l’Afrique et les autres Continents vont s’accroître pour aller bénéficier des économies d’échelle et de diversification qui existent dans différents pays.

La ZLEC, ce Marché commun de l’Afrique regroupe la Communauté orientale australe africaine (COMESA), la Communauté d’Afrique de l’Est (CAE), la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC), la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), l’Union du Maghreb arabe et la Communauté des Etats sahélo-sahariens (CEN-SAD).

Les défis de la ZLEC sont nombreux, notamment l’abaissement des droits de douane et la simplification des procédures aux frontières. Celles-ci sont destinées à faire passer en dix ans les échanges intra-africains de 15% à 25% du commerce total du Continent.

Ce projet de ZLEC se traduira finanlement par la création d’un marché commun de plus d’un milliard de consommateurs avec un PIB combiné de plus de 2.500 milliards dollars.

Tags
Montrer plus

Articles connexes

Close