BTP
Trending

L’informel dans l’industrie niche entre « salamatouna » et (Cم)

On ne cesse de parler de la protection du consommateur dans un environnement où l’informel fait rage. Cela nous rappelle la tenue de séminaire sur la qualité et l’accélération industrielle, tenue en 2018 sous les hospices du ministère de l’industrie, une initiative qui s’y faite la réglementation d’un fonds normatif en matière de l’amélioration de la qualité, lorgnant de ce fait les façonniers qui enregistrent illégalement sur le terrain plus de 30 unités opérant illégalement.

De facto cette action pousse les pouvoirs publics à veiller sur l’accompagnement de la production de normes marocaines par la promotion de leur entreprises, notamment à travers la labélisation et les marques de certifications collectives dont le label «Salamatouna» fait estampiller la certification de l’authenticité des produits qui ne doivent se limiter aux seules pièces de rechange automobiles  mais se conformer également aux matériaux du BTP.

 Outre la refonte du système national du contrôle à l’importation, la règlementation technique y afférent a été étoffée en rendant obligatoire l’application de 18 normes se rapportant aux produits électriques, aux pièces de rechange automobile et à des matériaux de construction, dont l’objectif assurer la sécurité du consommateur et favoriser une concurrence loyale entre les fabricants et les importateurs.

Dans le secteur du BTP  la donne reste déséquilibrée, en particulier dans les industries de matériaux dont 580 entreprises, réparties en neuf branches concentrées sur l’axe Casablanca-Rabat, représentent 8% des unités industrielles du pays. Leur production, très diverse, va du ciment au fer à béton en passant par le marbre, les produits de céramique, le béton prêt à l’emploi (BPE), les briques et tuiles en terre cuite, le verre, la chaux, le plâtre… C’est une activité qui pèse dans le PIB industriel et qui emploie plus de 32.000 personnes, soit 9% de l’effectif total provient de l’informel. Un nombre important d’unités évolue dans l’anarchie et causent problème aux recettes de l’Etat en terme d’impôts.  Avec les cimentiers, elles réalisent un peu plus de la moitié de la production totale du secteur (51%). Et pourtant, les deux branches ne représentent que 7% des unités industrielles et 17% de l’effectif du secteur. Une autre caractéristique de l’industrie des matériaux de construction réside dans l’hétérogénéité des technologies utilisées. Ainsi, selon les responsables de la FMC, à côté de grands producteurs performants, coexistent de nombreuses unités semi-industrielles, voire artisanales. La première catégorie est composée des quatre groupes cimentiers (Lafarge Ciments, Cimar, Holcim et Asment) dont l’effectif par unité est supérieur à 500 personnes. Ce sont les plus structurées et les plus performantes tant sur les plans qualité et normes que des technologies utilisées. La deuxième catégorie est celle des PME/PMI. Celles-ci emploient entre 100 et 500 personnes et englobent les fabricants de céramique, carrelage, produits en béton… La troisième, et c’est la plus importante (44% des entreprises), regroupe de petites unités fragiles, peu structurées qui emploient moins de 100 personnes. Souvent des structures artisanales qui tirent les performances du secteur vers le bas. Ce qui désormais  les contraint de se soumettre au nouveau marquage de mise en conformité (Cم) pour tous les matériaux de construction qui vient d’être  instauré, rapporte L’Economiste. Le journal explique qu’il s’agit de «contrecarrer l’informel et la contrefaçon, devenus légion dans le secteur de la construction». 35 variétés de produits sont concernées: préfabriqué, ciment, portes, fenêtres, isolation, gypse, aciers de ferraillage et de précontrainte pour béton, assainissement, revêtements de sols… «Une manière de réguler un secteur qui réalise un chiffre d’affaires annuel de 45 milliards de dirhams et qui vise à générer un surplus de 3 milliards de dirhams de valeur ajoutée», note le quotidien.

Tags
Montrer plus

Articles connexes

Close