L’économie verte en question

«L’économie verte» signifie une gestion rationnelle des ressources naturelles, une faible émission de carbone et une forte inclusion de l’élément humain dans le processus de production.

À l’échelle nationale, toutes les stratégies sectorielles (tourisme, agriculture, industrie, etc.) sont dotées de composantes de développement durable», a indiqué Moncef Ziani, membre du Conseil économique, social et environnemental, lors des rencontres du développement durable, organisées par l’Université Mohammed V – Souissi à Rabat sur le thème «Économie verte: quelles opportunités pour le développement durable au Maroc ?» Un cycle de rencontres mensuelles qui s’inscrivent dans le cadre du projet pour l’obtention du label «Université verte», «Green University», initié en partenariat avec le Bureau méditerranéen pour la culture, l’environnement et le développement durable (MIO-ECSDE, Mediterranean Information Office for Environment, Culture and Sustainable Development) en Grèce.

Le premier rendez-vous de ce cycle qui a débuté en février dernier a traité «le Maroc et le Sommet de Rio + 20», la rencontre du mois d’avril a débattu de l’économie «verte», le mois de mai sera réservé à l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables. Quant à la rencontre de juin, elle abordera la gestion rationnelle des déchets solides et liquides. Au mois de juillet, les participants à la rencontre discuteront de l’application des principes de l’«Université verte» à l’intérieur et à l’extérieur du campus universitaire. «Aujourd’hui, des opportunités s’offrent à l’université en matière de croissance verte, car il existe déjà des conventions entre les instituts de recherche et le secteur privé», a ajouté M. Ziani.

Ce dernier a souligné que l’économie nationale a déjà entamé une émigration vers les métiers verts. «Dans le passé, le métier vert se limitait à celui qui s’occupait de la protection de l’environnement comme par exemple l’agent chargé des stations d’épuration des eaux usées. Mais aujourd’hui, l’éventail des métiers verts s’élargit. Conduire le tramway fait aussi partie des métiers verts». Si certains saluent les progrès réalisés en matière de reconversion vers la croissance verte, il n’en demeure pas moins que d’autres restent sceptiques à ce nouveau mode de production. «L’économie verte est une forme de la crise du système capitaliste ou apporte-t-elle de nouvelles solutions ?», s’est interrogé Mohamed Ftouhi, professeur à la Faculté des sciences de l’éducation et président du Club marocain pour l’environnement et le développement (CMED). Beaucoup d’interrogations persistent, mais cela n’empêche pas d’avancer des chiffres. À l’horizon 2050, les énergies renouvelables représenteraient quelque 30% des métiers verts, selon des études prospectives. L’université entame également sa mue. «Le projet “Université verte” est une initiative, qui vise l’intégration de la dimension environnement et le développement durable dans les activités de l’enseignement, de la recherche et de l’interaction avec la communauté à travers des forums consacrés à des questions précises comme l’économie verte, l’efficacité énergétique, la gestion rationnelle des déchets solides et liquides, les changements climatiques et l’éducation pour le développement durable. Notre projet vise également à faire du campus universitaire un “espace ami” pour l’environnement, l’utilisation des énergies renouvelables, le recyclage et la revalorisation des déchets, l’usage rationnel des eaux et puis l’expansion des espaces verts au sein du campus universitaire», a souligné M. Ftouhi.

Le projet vise également la promotion du partenariat avec des instances internes et externes oeuvrant dans le même domaine comme notamment l’administration, la société civile et les média. «Le projet “Université verte” s’appuie également sur l’implication de l’ensemble des acteurs universitaires : étudiants (clubs de la citoyenneté environnementale), enseignants chercheurs et le staff administratif (enseignement, recherche, actions concrètes sur le terrain et puis dialogue avec la communauté sur des questions relatives au développement durable aux niveaux local, régional, national et international)», a conclu M. Ftouhi.

Patrimoine culturel
Établi en 1990 à Athènes, le Bureau méditerranéen pour la culture, l’environnement et le développement durable (MIO-ECSDE) est une Fédération d’organisations non gouvernementales (ONG) méditerranéennes pour l’environnement et le développement, agissant comme plate-forme technique et politique pour l’intervention des ONG dans le pourtour méditerranéen. L’objectif principal du MIO-ECSDE est de protéger l’environnement naturel (biodiversité, forêts, côtes, ressources naturelles, climat) et le patrimoine culturel (monuments archéologiques, implantations traditionnelles, diversité culturelle, villes, etc.), ainsi que les domaines d’interaction entre les deux rives de la Méditerranée.

Rédaction/Université verte