Pollutec 2009

Équipement, technologie et services

Un premier Salon à Casablanca

Avec un taux de croissance de 5,7 % réalisé en 2008, un plan d’investissement de plus de 50 milliards de dirhams (4,5 milliards d’euros) s’inscrit depuis dix ans dans le domaine de l’environnement… C’est dans ce contexte que se tiendra à Casablanca (Foire Internationale), du 22 au 24 octobre 2009, le premier Salon international des équipements, technologies et services de l’environnement.


5 000 visiteurs professionnels et plus de 250 exposants venus de plusieurs pays exposeront sur plus de 8 000 m² de surface globale. Sont attendues à ce premier rendez-vous, organisé par Reed Expositions France et Forum 7, sous l’égide du Royaume du Maroc (Secrétariat d’Etat chargé de l’Eau et de l’Environnement) qui abrite le Comité d’Organisation du salon, plusieurs opportunités.

Parmi les grand chantiers prévus dans ce cadre : le raccordement de 11 millions d’habitants aux réseaux d’eau potable, la réalisation et la rénovation de plus de 200 stations d’épuration, la construction du centre national d’élimination des déchets spéciaux, la diminution de la dépendance énergétique du pays de 98 à 80%, ou encore le développement d’une politique de surveillance et de prévention de la qualité de l’air, des pollutions marines et des sites et sols contaminés, …

De réelles perspectives de marché s’offrent donc aujourd’hui aux opérateurs, nationaux comme étrangers, réunis pendant 3 jours au Pollutec MAROC autour d’une offre élargie de solutions en matière de : Traitement et Gestion de l’Eau, Déchets/Recyclage, Énergies renouvelables, Traitement de l’Air, Gestion et Prévention des Risques, Développement Durable etc…

Pollutec MAROC réunit déjà près de 100 grands acteurs marocains du secteur de l’environnement sur plus de 4 000 m² de surface d’exposition !

Sont présents sur stand : le secteur public (Secrétariat d’État chargé de l’Eau et de l’Environnement, Ministère de l’Intérieur/Direction des Régies et de l’Environnement, Centre de Développement des Energies Renouvelables – CDER*, Office National de l’Eau Potable – ONEP), le secteur privé (Centre Marocain de Production Propre – CMPP, Confédération Générale des Entreprises Marocaines – CGEM), les fabricants et distributeurs d’équipements nationaux, PME comme grands leaders du secteur, et de nombreuses filiales de leaders mondiaux.

Le salon abritera une forte présence internationale, en particulier de l’Espagne avec le soutien de l’AMECMA, de la France avec le soutien d’UBIFRANCE, et de l’Italie avec le soutien d’ICE. Plus de 160 exposants de 10 nationalités (Allemagne, Belgique, Canada, Espagne, Etat-Unis, France, Italie, Pays-Bas, Portugal, Turquie…) sont représentés : une présence dynamique qui illustre l’intérêt des éco-acteurs internationaux pour le Maroc.

Energie Med 13-14 Octobre 2009

Conférence méditerranéenne de l’énergie. Casablanca les 13-14 Octobre 2009

150 millions d’habitants vivent autour de la Mer Méditerranée. Ces populations ont des besoins essentiels parmi lesquels l’énergie occupe une place capitale, économique, sociale et environnementale.

img3

Le bassin méditerranéen rassemble, autour d’une mer commune, 21 pays à la consommation et aux ressources énergétiques très inégales, qui doivent tous répondre à une forte croissance de leur demande d’énergie doublée d’une forte dépendance aux hydrocarbures.
Entre les spécificités énergétiques des pays de la rive méridionale, où se concentrent les ressources énergétiques et celles des pays de la rive septentrionale, qui ont la plus forte consommation mais disposent de la technologie, des ressources humaines, de l’expérience et des moyens financiers, il faut également tenir compte de la situation des territoires insulaires, des pays de la rive Est mais aussi des pays de la rive Sud qui ne possèdent pas de ressources ; c’est le cas du Maroc et de la Tunisie.

Ces différences imposent aux pays méditerranéens la complémentarité, le travail en commun, la coopération et la solidarité. Les pays méditerranéens doivent faire face à la progression de la demande liée à l’essor démographique, mais aussi aux besoins qu’engendre le développement économique et social.
Ils doivent aussi anticiper les impacts et des risques qui pourraient affecter de manière irréversible le patrimoine commun qu’est le bassin méditerranéen. L’effet de serre et les changements climatiques ont une conséquence notamment sur les modes de production et de consommation énergétique non durable, constituent une menace sérieuse pour toute la région et au-delà.

Il y a pourtant des alternatives; face aux risques géopolitiques, socio-économiques et environnementaux, il existe des pistes pour un développement énergétique durable.
A l’échelle nationale, régionale ou mondiale, des politiques fortes combinant une maîtrise de la demande et un approvisionnement plus diversifié, moins polluant et moins cher, fondées sur une utilisation rationnelle de l’énergie et la promotion d’énergies propres et renouvelables, sont de nature à assurer une transition vers plus de durabilité, une soutenabilité de la reprise pour sortir de la crise.

Des efforts sont déjà engagés pour le développement des potentialités en énergies renouvelables, faisant de la Méditerranée une des régions du monde où ce développement est particulièrement significatif. Pourtant, le potentiel est encore largement sous-exploité alors que sa réalisation pourrait améliorer les conditions de vie de millions de Méditerranéens, notamment au Sud en zone rurale.

Par ailleurs, les efforts sur l’offre doivent être accompagnés parallèlement par une meilleure efficacité énergétique de la demande. La transition positive est possible par la capitalisation des savoirs et le partage des expériences et des savoir-faire et aussi par l’exercice réel de la solidarité.

L’objectif de cette Conférence méditerranéenne de l’énergie est donc de créer un espace de débat autour des politiques de coopération énergétique entre les pays riverains de la Méditerranée et l’Union Européenne et leur interdépendance sociale, environnementale et économique. Ouverte aux opérateurs publics et privés, aux citoyens utilisateurs de l’énergie, aux élus et représentants d’institutions internationales, cette initiative a l’ambition de soulever d’importantes questions liées au secteur de l’énergie, considéré aujourd’hui comme l’une des grandes préoccupations mondiales et le pilier d’un développement durable des sociétés modernes, de la croissance économique, de la qualité de la vie et du bien être social.

Une grande place sera accordée aux sources d’énergie autres que le pétrole et le gaz, en particulier l’électricité, les énergies renouvelables et le nucléaire. Le présent et le futur de l’énergie en Méditerranée seront discutés, comme la sécurité d’approvisionnement, la coopération énergétique, les investissements et le financement de projets énergétiques ou encore l’innovation et le transfert de technologies.

Pays d’accueil de cette initiative, le Maroc consacre depuis plusieurs années d’importants efforts en faveur du partenariat Euro-méditerranéen dans le domaine de l’énergie, soulignant la convergence entre les objectifs prioritaires de ce partenariat et les axes stratégiques de la politique énergétique du Royaume, à savoir la sécurité d’approvisionnement, la recherche d’une énergie au meilleur coût, la généralisation de l’accès à l’énergie, la protection de l’environnement et le renforcement de la coopération régionale et l’intégration des marchés de l’énergie.

Pierre-Jean COULON
Président Droit à l’Energie SOS Futur

Programme :

Télécharger le programme

Communiqué de Presse :
Télécharger le communiqué de presse (Arabe)
Télécharger le communiqué de presse (Anglais)
Télécharger le communiqué de presse (Français)


Co-organisateurs :

art3-logsos
art3-mera
art3-mera
art3-mera

Sponsors :

art3-mem
art3-one
art3-agoriental
art3-veolia
art3-lafarge
art3-metragaz
art3-pgcom
art3-rte
art3-empl


Contact :


Droit à l’Energie SOS Futur
M. Johann LUCAS , 01.40.42.83.57,
9 av. Percier 75008 Paris – France
Tel : 01.40.42.83.57
Fax : 01.40.42.15.46
Email : jlucas@energiesosfutur.org
Internet : www.energiesosfutur.org

Comité de communication et presse
Mme Aicha KAFIF
Ministère de l’Energie des Mines de l’Eau et de l’Environnement
B.P. 6208 Rabat Instituts. Maroc
GSM : 00212 6 66 62 99 21 ,00 212 5 37 68 87 01
Fax : 00 212 5 37 68 87 09
Email : aichakafif@gmail.com

Comité de coordination du Maroc
M. Mohamed Larbi KABBAJ
9 Angle Rue du Rif et Avenue Mohamed VI Casablanca – Maroc
Tel :OO212661420744
Fax : 00212522282144
Email : mohamedkabbaj@hotmail.com
Internet : www.ugtm.ma