Déversement des eaux: Se prémenir contre les mauvais affluents

Le projet, dont le planning s’étend de 2009 à 2013, prévoit la réhabilitation des berges de trois cours d’eau qui se sont transformés, avec le temps, en réceptacles pour eaux usées, causant de nombreuses sources dégâts, creusant des poches de nuisances et des risques d’inondation lors des fortes précipitations.

Le cours d’un quatrième oued sera dévié pour protéger une zone à risques avec la construction d’un petit barrage en amont. Le plus important chantier de ce volet concerne oued Souani (117 MDH). La consistance des travaux, dans une première phase, concerne la construction d’un canal ouvert pour contenir les affluents de l’oued, long de 2,5 km. La deuxième étape porte sur la construction d’un canal couvert au niveau d’une zone d’habitation. Le dimensionnement du canal prendra en compte le pic du débit de l’oued en cas de fortes précipitations. Sur Oued Lihoudi, les travaux s’orientant sur la construction d’un canal ouvert sur environ 7 km pour un investissement de 35 MDH. Le canal servira également à isoler les affluents naturels de l’oued des rejets des eaux usées.
Quant à Oued Mghogha, 40 MDH sont affectés à plusieurs travaux le long de son cours. En amont de l’oued, il sera procédé à la construction d’un mur en béton armé au niveau du pont de la route nationale N. 2 en vue de prévenir le déversement sur des zones d’habitations en périodes de crues. Au niveau de la zone industrielle Mghogha, les travaux consisteront en l’élargissement du lit de l’oued à 30 m avec l’approfondissement du canal à 4,7 m. A rappeler que lors des dernières inondations d’octobre dernier, Oued Mghogha a submergé deux zones industrielles occasionnant d’énormes dégâts matériels à des dizaines d’usines.
En aval de l’oued, il sera procédé à l’élargissement et au renforcement du canal avec l’aménagement d’une aire de promenade piétonne au niveau de l’embouchure. Pour Oued Mellah, le projet prévoit la construction d’un petit barrage pour récupérer les affluents et la construction d’un canal de déviation des eaux pour protéger une zone comptant des projets touristiques contres ces risques des inondations.